Un combustible particulièrement dangereux

Utilisé en France depuis 1987, mais surtout développé à partir du milieu des années 1990, ce mélange d’oxydes de plutonium et d’uranium (d’où son nom – MOX) est un combustible nucléaire désormais répandu dans les centrales françaises (on en trouve dans vingt et une d’entre elles). Sa particularité est d’être fabriqué à partir d’éléments déjà utilisés dans les réacteurs, ce qui permet de «recycler» ainsi une petite partie des déchets générés par la filière.

Mais c’est justement l’un des éléments «qui posent le plus de problèmes à la filière de retraitement, compte tenu de ses caractéristiques qui le rendent très dangereux», expliquait il y a quelques mois l’Autorité environnementale. Les écologistes dénoncent ses dangers pour l’environnement et pour les hommes depuis des années.

En France, deux sites se sont spécialisés dans la fabrication et le traitement du MOX: l’usine Melox sur le site de Marcoule, dans le Gard, et le centre de traitement des déchets de La Hague, dans la Manche. Tous deux appartiennent au groupe Areva, qui, mardi soir, dénonçait la mise en péril de 14.000 emplois (10.000 directs et indirects pour La Hague, 1.300 pour Marcoule). En réalité, l’usine de La Hague et les autres filiales en Basse-Normandie représentent à peine 5.000 emplois, plus environ 1.800 emplois parmi les sous-traitants. L’usine Melox emploie environ 700 personnes.

De plus, l’utilisation de combustible MOX dans les réacteurs français arrive de toute façon à son terme : d’après l’Autorité environnementale, il ne reste plus que les tranches 3 et 4 de la centrale du Blayais à équiper. Pour sortir du MOX, il suffirait donc de progressivement remplacer ce combustible par de l’uranium, ce qui peut se faire au bout de trois ans. Par ailleurs, l’EPR permet un fonctionnement avec 30% de MOX dans le cœur, voire jusqu’à 100%. Cette caractéristique a été dénoncée par Eva Joly, mardi matin sur France Inter. Mais il peut aussi fonctionner avec de l’uranium – l’utilisation de MOX n’est pas prévue pour l’EPR finlandais.

La production mondiale de MOX est dominée à 95% par Areva, dont le premier client est EDF. Depuis 2009-2010, on en trouve dans quatre réacteurs japonais, dont les tranches 3 et 4 de la centrale de Fukushima Daiichi. Sans MOX dans les centrales françaises, cette activité d’Areva perdrait donc sa raison d’être. Elle pèse 1,7 milliard d’euros, pour un chiffre d’affaires global d’Areva de plus de 9 milliards d’euros.

Henri LOURDOU

http://vert-social-demo.over-blog.com/